Visite des fleuristes parisiens

par fleursprintemps

Une journée à Paris, une vingtaine de kilomètres à pied pour faire le tour des fleuristes les plus réputés de la capitale. Nous avions rendez- vous sur la place de l’hôtel de ville, ma prof et six élèves de CAP de fleuriste. Nous sommes en Avril en ce matin et sur cette place venteuse, étant un des premiers arrivé, j’ai pu sentir qu’il faisait froid le temps que tout le monde soit là. Lorsque le groupe fut constitué, nous sommes allés voir le premier fleuriste pendant que deux filles étaient parties acheter un pinceau à trois poils, trouvable uniquement au BHV tout proche.

Quand les deux filles au pinceau nous ont rejointes, nous avons traversé une première fois le Seine pour voir le marché aux fleurs. Là, petite déception car tout n’était pas ouvert et mis à part une échoppe pleine de petits objets décoratifs comme on peut les trouver aux USA ou au CANADA, il y avait peu de fleurs et des plantes verts que les parisiens sont sensés acheter pour leurs balcons.

Dans l’arrondissement mitoyen se trouvait la boutique de « Frédérique GARRIGUES » belle présentation toujours les même grandes branches de cerisiers en fleur que nous retrouverons partout, des plantes et quelques bouquet

Nous sommes allé voir la boutique de « Gilles ARGALON », minuscule au milieu des restaurants asiatiques. Après avoir pris le métro, nous nous sommes trouvés dans un quartier moins commerçant et davantage d’affaire.

Est ce la raison pour laquelle nous n’avons pas trouvé, chez « VERTUMNE » les compositions florales que nous cherchions ? Néanmoins le magasin semble un îlot de verdure dans une rue triste, la devanture est originale et très appréciée des chiens qui y laissent leurs commissions. L’intérieur est présenté avec goût et le choix des fleurs coupées est vaste.

Ensuite nous reprenons le métro jusqu’a Invalide .Pour trouver notre prochain fleuriste , carte et GPS nous sont bien utiles. Bien placé dans un quartier chic nous trouvons la boutique de « Daniel GUITTAT » sa camionnette en ruine est transformée en débarras (pas très reluisant). La boutique est bien agencée mais les prix pratiqués sont prohibitifs, exemple de bouquet a 120€.

Après un petit tour de métro, car nos jambes n’en peuvent plus, nous arrivons à la Concorde, en face de chez « MAXIM’S », la boutique de « LACHAUME » nous touchons le grand luxe en matière de fleuristerie ou plutôt nous aurions aimé toucher car l’entrée du magasin ne se fait que sur rendez-vous. Bien sûr tout ce qui se trouve à l’intérieur est splendide, la mise en scène, les roses aux tiges d’un mètre et de petits bouquets de pensée charmants.

En conclusion de cette sortie parisienne je dirai ma déception car les fleuristes que nous avons vus et qui sont de grands noms dans le milieu ne nous montrent pas toute l’étendue de leur talent artistique en art floral, les compositions sont rares. Il semble que ces fleuristes travaille sur commande et doivent s’exprimer par ce biais. La décoration intérieure des boutiques est intimiste, peu éclairée, théâtrale, souvent raffiné. J’ai aimé faire ce tour des grands fleuristes parisiens et vous le faire partager.

Publicités